L’école de rugby résiste :

En ce temps difficile, l’école de rugby Fleurance Lomagne fait tout son possible pour continuer à assurer 2 entrainements par semaine.

Les contrainte imposées par le stade 3 de la FFR sont pesantes, frustrantes mais certainement nécessaires et valent mieux qu’une interdiction totale de l’activité.

La fréquentation est satisfaisante malgré une légère baisse , qui à mon sens est plus liée aux conditions météo qu’au contenu des séances.

Le froid, la pluie, la boue n’ont pas réussi à prendre le dessus sur le plaisir de jouer avec un ballon, ovale.

La plus grosse frustration est bien sûr le manque de compétition, et pour certains, l’interdiction du contact qui occulte quand même l’un des aspects du rugby : le combat.

Par contre, on travaille sur le gestuel et l’évitement, sur la motricité, la technique individuelle, et c’est quand même un bon investissement pour l’avenir.

Cependant , on ne peut ignorer que l’interdiction d’accès aux vestiaires maintenue par la mairie est pour certains un frein à la reprise d’activité,

Les parents en ont peut être assez de récupérer leurs enfants tous boueux, car n’ayant même pas un abri pour au moins enfiler une tenue propre.

Nous serions tout à fait capable de réguler l’accès au vestiaire par 5 enfants, avec le masque, sans douche pour garantir un minimum de confort afin que les sacs poubelles de protection disparaissent des voitures parentales.

NOUS SOMMES DONC SUSPENDUS A UNE AUTORISATION MUNICIPALE.

Je pense que cette crise ne sera pas sans conséquence, mais je pense aussi que le rugby ne fera pas partie des sports les plus impactés, en comparaison des sports qui se pratiquent en salle.

Nos interventions en milieu scolaire sont suspendus , mais tous les projets dont nous étions porteurs ne sont que différés.

J’en profite pour mettre en avant la formidable équipe des éducateurs qui continue à tout donner pour la relève de nos 2 clubs, l’ASF et le RCL.

A l ‘heure où on parle de reconfinement, nous sommes toujours sur le pré.

Eric TAUZIN